500 jours dans la vallée de silicium

Ca fait à peu près 500 jours que je suis arrivé dans la vallée de silicium. C’est un monde un peu à part: dans un rayon de 10 km, on y trouve Apple, Cisco, Ebay, Facebook, Google, HP, Intel, Nvidia, Yahoo et aussi tous les gens qui y travaillent.

Ca donne un univers un peu décalé: au supermarché on peut voir des gens se balader avec un tee-shirt sur lequel il y a quelques lignes en Haskell, et le caissier poser des questions sur le sujet. C’est possible aussi que ce soit précisement le supermarché où les employés d’Apple sont allés acheter le beurrier et les déodorants (les billes!) pour réaliser une des premières souris il y a 30 ans…

Evidemment tous ces geeks, ca pose des problèmes: par exemple, je capte au moins 32 réseaux wifi chez moi avec toutes les interférences que ca pose (et il faut garder en tête qu’il y a très peu de batiments de plus de 2 étages et que la densité est très faible). Tout le monde change de canal de temps en temps pour optimiser sa réception. Ca donne aussi un monde hyperfocalisé sur les dernières nouveautés: la prochaine startup qui va révolutionner le monde, le dernier produit de X, l’achat de Y par Z, l’entrée en bourse de W, avec les loyers qui suivent le cours de la bulle… Le moindre couple d’amis a au moins une moitié dans le hardware ou le software.

Aux US, on peut aussi personnaliser sa plaque d’immatriculation. Du coup, ici on trouve des choses comme “C IN 3D” ou “UID EQ 0” pour quelques exemples que je croise régulièrement tous les matins. Dommage que ca soit limité à 7 charactères, sinon quelqu’un aurait tenté un “‘;DROP TABLE” pour faire sauter les contraventions.

A part ca, la diversité est impressionante, les gens viennent de partout (bon, ok, beaucoup d’inde et de chine, mais c’est surement proportionnel à la part dans la population mondiale). Dans la moindre équipe de travail, il y a au moins 3 continents représentés, pareil pour la moindre sortie avec des amis (euh ok, juste une sortie en famille et c’est déjà le cas pour moi…). Et même parfois on trouve des américains. L’avantage, c’est que du coup on n’a pas de problème pour trouver des bons restos et des ingrédients à cuisiner (ca contraste avec mon séjour dans “upstate New York” il y a quelques années).

C’est aussi un peu dans le futur, les voitures autonomes sont sur ma route tous les matins, les gens se promènent avec de droles de lunettes et tout le monde teste la dernière nouveauté secrète de sa compagnie respective.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *