Geotagging

Un appareil photo d’un côté, un tracker GPS de l’autre… il est tentant de combiner les info. Ce n’est pas pratique (ou même pas possible) dans la plupart des cas de connecter directement les deux appareils.

D’ici 5 ans au plus, tous les appareils photos intégreront un recepteur GPS, mais en attendant, il faut faire sans. Heureusement, il y a une variable commune qui va nous permettre de lier les deux: le temps.

La date et l’heure sont inscrites dans les fichiers photo, plus précisement dans les données EXIF. Le GPS enregistre évidemment ces info (info de base pour lui). Il faut s’assurer que l’heure de l’appareil photo est correcte: moins de la minute d’écart si possible ou sinon il suffit d’en connaitre le décalage; garder aussi à l’esprit le fuseau horaire dans lequel on se trouve (TU+1 ou TU+2 selon la saison en France), le GPS gardant les heures en TU en général.

Il est plus facile de vérifier l’heure correcte des photos si ces données sont directement dans le nom. On va commencer par renommer les images (on verra plus tard qu’il y a un autre intérêt à faire ce renommage):

jhead -nf%Y%m%d-%H%M%S *.jpg

On peut également ajuster l’heure selon le décalage constaté de l’appareil:

jhead -ta+0:05 *.jpg

pour ajouter 5 min par exemple. (Ne pas oublier de refaire l’opération de renommage pour rester consistant.)

Les photos sont prêtes.

D’un autre côté, on a un fichier gpx obtenu d’un tracker GPS. Ce fichier peut contenir également des points aberrants (nombre trop faible de satellites, pas de fix, etc). On va donc commencer par filtrer ces données

gpsbabel -i gpx -f track-all.gpx \
      -x discard,sat=4,fixnone,fixunknown \
      -o gpx -F track.gpx

(A noter que les options fixnone et fixunknown ne sont disponible dans GPSBabel qu’après application d’un simple patch.)

On est maintenant prêt pour utiliser l’outils gpscorrelate. Sous Ubuntu ou Debian, un simple apt-get install gpscorrelate-gui et on est paré.

L’utilisation est triviale: on lance l’interface gpscorrelate-gui, on charge les photos préparées précédemment, puis le fichier gpx, on n’oublie pas de spécifier le fuseau horaire de l’heure des photos, on clique sur le bouton correlate et ca y est. Les photos sont taggées. On peut le vérifier par la commande exiftools sur une des photos.

2 thoughts on “Geotagging

  1. Pingback: Saving data from Android: sqlite to gpx - Random Thoughts

  2. Pingback: Manual geocoding - Lunchtime Semaphore

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *